Relooking haute résistance : quand ? Comment ?

Relooking haute résistance : quand ? comment ?

Bonjour à tous ! Je soupçonne que l’installation de l’automne vous donne des envies de cocooning et d’amélioration de votre habitat… en effet, vous êtes très nombreux à me poser quasiment la même question : comment faire un relooking haute résistance sur un meuble qui va être très sollicité ? Alors du coup, un petit article récap me semble utile.

Avant de commencer, n’oubliez pas que vous pouvez suivre le blog sur Facebook, Pinterest et Instagram (vous pouvez aussi me retrouver sur ce nouveau compte Instagram consacré aux plantes). Restons en contact !

Propos liminaires

Avant d’entrer dans les détails de ce que j’appelle un relooking haute résistance sur un meuble d’occasion, je voudrais prendre le temps de poser un principe de base. Relooker un meuble à la maison permet beaucoup de choses mais il ne vous permet pas d’avoir une solidité « sortie d’usine ». Par exemple, la nouvelle finition de ces commodes :

Les deux commodes relookées

est infiniment plus à mon goût que la finition d’origine :

Commodes en merisier verni orange

Mais en termes de solidité, cela n’a rien à voir. Même si j’ai utilisé des produits de haute qualité, en un peu plus de deux ans, l’aspirateur a laissé quelques marques, par exemple. Ceci posé, il est possible, à la maison, avec des produits grand public, d’obtenir une finition plus solide que ce que j’avais fait pour ces commodes.

Relooking haute résistance : quand ?

Certains meubles sont plus sollicités que d’autres. Je pense que vous l’aurez remarqué : une table de salle à manger prend bien plus de marques d’usage qu’un buffet dans un coin de votre logement. Et c’est encore plus vrai si vous vivez dans un logement un peu exigu ou encombré. Pas de jugement ici, un simple constat.

La salle à manger

De fait, la table de salle à manger, je l’ai repeinte il y a longtemps et j’ai pris d’énormes précautions, si bien qu’elle est en parfait état. A contrario, pour les chaises, j’ai joué la fantaisie, avec une simple patine à la cire. Et il faut tout refaire parce qu’il y a des éclats partout.

Dossier de chaise relookée

Je vous propose donc une liste (non exhaustive) de meubles pour lesquels j’ai pu constater que les méthodes simples de relooking étaient insuffisantes (n’hésitez pas à me proposer des ajouts à cette liste !) :

  • Table et chaises de salle à manger,
  • Tables basses de salon et bouts de canapé sur lesquels on pose des boissons,
  • Meubles de cuisine,
  • Meubles de salle de bain,
  • Dessus de buffet très sollicités,
  • Etagères dont on modifie fréquemment le contenu,
  • Plateaux de tables de chevet.

Comment réaliser un relooking haute résistance ?

En réalité, j’ai déjà partiellement répondu à cette question dans mon article sur les grandes étapes pour peindre un meuble. Mais avec davantage de recul, je vais être plus précise aujourd’hui.

Option 1, avec majoritairement des produits à l’eau, ce que j’avais fait pour ma table de salle à manger :

  • Ponçage indispensable du meuble (vous pouvez vous contenter d’un léger égrenage au papier 180 ou 220 mais il faut absolument attaquer la finition),
  • Sous-couche de qualité, à l’huile si votre bois est tannique (je recommande celle-ci de chez Libéron),
  • Deux couches de peinture (trois si nécessaire, à vous de voir si la finition est assez couvrante),
  • Trois couche de vernis (sur couleur foncée ou sur un effet patiné au glacis, n’hésitez pas à utiliser un vernis polyuréthane, sinon un bon vernis à l’eau).

 

Nouveau look des chaises dans la salle à manger

Option 2, avec des produits glycéro (idéale pour une cuisine) :

  • Ponçage,
  • Sous-couche à l’huile,
  • 3 couches de peinture glycéro,
  • Le vernis est inutile sur de la peinture à l’huile.

 

La cuisine, un an après

De l’importance de la sous-couche

Lors de mes précédents articles, je n’ai pas beaucoup insisté sur l’importance de la sous-couche, essentiellement parce que c’est moins crucial sous les effets patinés. C’est par exemple le cas sur la console que je viens de re-relooker :

La console patinée en situation

Cependant, j’en ai déjà utilisé plusieurs fois, notamment sur les chevets que je viens de faire pour mon frère.

Chevets noirs nacrés et plateaux bois

Et lorsqu’on commence à peindre au pistolet et à chercher un effet ultra lisse, on voit vite la différence. La sous-couche vous permet à la fois de favoriser l’adhérence de la peinture de finition mais aussi de créer une surface plus uniforme en termes de porosité. Lorsque vous effectuez un ponçage léger de votre surface, même avec une ponceuse électrique, votre ponçage sera nécessairement inégal.

Chevets légèrement poncés

Comme vous le voyez ci-dessus, certaines zones sont plus attaquées que d’autres, notamment parce que la finition d’origine n’était pas dans le même état partout. Eh bien ces différentes surfaces n’absorbent pas la peinture de la même manière. Et si vous appliquez directement votre peinture dessus, vous pouvez rencontrer des difficultés à obtenir une finition lisse et uniforme. La sous-couche va essentiellement servir de bouche-pores et d’opacifiant, vous permettant ainsi bien plus de liberté sur la finition !

Conclusion

Le relooking de meubles est un loisir accessible à tous, avec des produits grand public et bon marché, j’en ai toujours été convaincue. Je suis la première à faire tout un tas de trucs avec des produis super cheap chez Action. Cependant, dans certains cas, si l’on veut obtenir une finition quasiment professionnelle, on ne peut pas se contenter de ces solutions « gains de temps » et super économiques. Il faut être prêt à investir un peu dans du matériel et des produits qui vous permettront d’assurer une durabilité suffisante à vos réalisations. Mais je vous promets, cela reste accessible !

N’oubliez pas que si cet article vous a plu, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux en cliquant sur les petites icônes ou le faire lire à vos proches.
N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire.
Merci de votre visite !joelle

Mes conseils pour un relooking haute résistance vous ont plu ?
Enregistrez-les sur Pinterest avec cette photo !

Relooking haute résistance : quand ? comment ?

 

 

Cet article peut contenir des liens affiliés

Ce blog est le carnet de mes réalisations brico/déco et de la rénovation de notre maison ! Je suis ravie que vous veniez me rendre visite. N'hésitez pas à me laisser vos impressions ou à me contacter, sur le blog ou les réseaux sociaux. Bonne visite !
2 comments
  1. Bonjour, Je viens d’acheter une table sur le boncoin, teintée très bois rouge et visiblement pas vernie. J’aimerais la poncer et la laisser en bois le plus naturel possible, du moins le plateau (je peindrai peut-être la ceinture et les pieds). Vernir, lasurer? Je veux un côté mat (satiné tout au plus), manger dessus et hop un coup d’éponge et que ça ne jaunisse pas. Que me conseillerais-tu?

    1. Bonjour Nathalie, si tu veux un côté super « nu », il faut utiliser un vernis acrylique. N’importe quelle autre finition changera profondément la couleur et donnera plus de brillance que tu ne le souhaites. Cependant, si tu optes pour de l’acrylique plutôt que du polyuréthane, ce sera moins solide. C’est malheureusement difficile d’avoir les deux. En tout état de cause, je te conseille d’acheter un produit de très bonne qualité (protecteur incolore haute résistance de chez Id ou le vernis V33 que je viens d’utiliser sur ma desserte à plantes) et d’en passer au moins 3 couches. Tu peux également passer une couche de fond dur sous le vernis (voir le même article). Ces produits sèchent vite alors il ne faut vraiment pas hésiter à superposer les couches fines. C’est ce qui donne le plus de solidité. Et pour conclure, je dirais que je n’ai jamais utilisé une table sans nappe donc je ne peux pas garantir que ce sera assez solide pour ton utilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.